Histoire

Le premier résident connu de Château Marjosse était un marchand de vin appelé Bernard Chénier, né en 1758, qui a quitté Bordeaux pour s’installer dans l’imposante Chartreuse du XVIIIe siècle avec son épouse Catherine Clémentine Fiton. Selon des documents historiques, «Marjosse était une source de bonheur pour la famille». C’est à cette époque que les premières vignes ont été plantées, sur pas moins de 56 parcelles différentes – un peu plus que ce qui existe aujourd’hui. Le modeste chais, ou cave de vinification, était adjacent à la ravissante démeure et contenait des cuves de ciment rectangulaires pour la fermentation du moût.

Jacques Clément, le fils du couple, vivait à Marjosse avec son épouse Clémentine Vitrac, dont la famille travaillait également dans le commerce du vin (à proximité de Libourne). Finalement, le couple vendit la propriété qui tomba entre les mains de la famille Deleuze. Le riche magnat Alban Deleuze était également propriétaire des Magasins du Louvre à Paris et a ajouté une immense extension à la maison remplie de cheminées en marbre et de chambres avec papier peint. À sa mort, son fils Georges, haut gradé de l’armée française, hérita de la propriété. À ce moment-là, ils ont délégué la vinification aux gardiens de la propriété. Ce n’est qu’en 1990, alors que le général est à la retraite, qu’il décide de céder quelques parcelles en fermage à un jeune et ambitieux viticulteur, Pierre Lurton. Elevé par son père Dominic – lui aussi, vigneron – dans le château voisin Reynier, Pierre avait appris à s’occuper de la vigne et à faire du vin avec son père et, plus tard, avec ses oncles André et Lucien, qui l’avaient embauché en tant que chef de cave au Clos Fourtet à Saint-Émilion.

Image 2

Pierre a vinifié ses premiers Marjosses entièrement à la main et presque sans aide, travaillant de nombreuses nuits. L’année suivante, il fut engagé comme gérant du prestigieux Château Cheval Blanc, mais continua de travailler sur son propre terrain durant ses heures de repos. Tout le millésime 1991 a été perdu à cause du gel, ce qui a entraîné une énorme pression économique sur le jeune entrepreneur, mais il a contracté des emprunts bancaires et perseveré.

Pierre Lurton in the underground cellars of Clos Fourtet, in Saint Émillion

En 1992, Pierre a emménagé dans une maison secondaire au Château Marjosse avec son épouse et son premier enfant. Au fil des années, il a lentement acheté des pièces de la propriété de la famille Deleuze, tout en leur payant des frais de «fermage» pour le droit de vendanger et vinifier leurs raisins. En 2000, il construisit une cave ultramoderne de plus de 180 mètres de long, contenant plus de 40 cuves en ciment. Il a fallu encore treize ans avant que les héritiers Deleuze (les frères François et Michel) acceptent à contrecoeur de vendre les parties restantes de la propriété à Pierre, y compris la magnifique Chartreuse.

En 2014, Pierre a entamé une vaste restauration de la Chartreuse, ramenant avec soin les vieux planchers en bois clair, les moulures et les cheminées à leur état d’origine. C’est maintenant sa résidence principale. En 2017, il a engagé Jean-Marc Domme en tant que vigneron et directeur technique, ouvrant ainsi un nouveau chapitre de l’histoire de Marjosse. En 2017, pour la première fois, les parcelles ont été vinifiées séparément et ils ont commencé à créer des cuvées en petites quantités à partir des raisins des parcelles les plus remarquables, réflechissant les caractéristiques singulières et le microclimat de chacune. Le reste de l’histoire est encore en cours d’écriture, Pierre et Jean-Marc approfondissant de plus en plus les subtilités de ce magnifique terroir cherchant à en capturer l’essence sous forme liquide.